Article mis en avant

En refermant Rouge impératrice, on se surprend à rêver à un monde, à une langue à construire

« Rouge impératrice est une formidable histoire d’amour et on l’acceptera comme telle parce qu’elle est une mise en abyme de l’utopie politique : un homme et une femme entrent en relation en tant qu’êtres entiers, n’exigeant rien de l’autre, n’attendant pas d’être complété. » Continuer de lire En refermant Rouge impératrice, on se surprend à rêver à un monde, à une langue à construire

Article mis en avant

Audur Ava Olafsdottir donne voix à celles qui se retiennent, saluée par le Médicis étranger 2019

« Blotti dans sa couette en duvet de canard, le poète ignore tout du phoque qui se débat dans ma tête, il tend les bras vers moi, je le laisse faire et je cesse de m’accrocher aux mots, demain matin ils auront disparu, j’aurai perdu mes phrases. Chaque nuit, j’en perds quatre. » Continuer de lire Audur Ava Olafsdottir donne voix à celles qui se retiennent, saluée par le Médicis étranger 2019

Article mis en avant

Petrusmok réédité à Maurice chez l’Atelier des nomades

« L’île Maurice est un pâté de roches dans l’océan Indien où, sur un fond de colonialisme négrier, vivote une pseudo-civilisation dont chaque communauté de l’île revendique le monopole ». C’est ainsi que démarre Petrusmok de Malcolm de Chazal. Une critique acerbe, pleine de paradoxe de l’île qui l’a vu naître le 12 décembre 1902, mais pour laquelle, il voue une affection sans borne. Petrusmok est un … Continuer de lire Petrusmok réédité à Maurice chez l’Atelier des nomades

Sur Le balcon de Dieu avec Mayotte en miroir

Le Balcon de Dieu démarre avec une peinture assez peu flatteuse de l’île de Mayotte sur laquelle arrivent des touristes Sud-Africains qui n’avaient rien à faire là. Dire cela n’est pas formuler une critique négative contre le dernier roman d’Eugène Ébodé, c’est simplement pointer un nœud qui risque d’empêcher les récalcitrants d’aller au bout d’un roman qui vaut la peine d’être lu. D’abord les personnages … Continuer de lire Sur Le balcon de Dieu avec Mayotte en miroir

La Creuse : Paysages et Paysans (à propos de Un soleil en exil, de Jean-François Samlong).

« Le roman « Un Soleil en Exil » restitue un fait politique avéré et s’ancre dans une « histoire » personnelle ; Héva est un personnage douloureux qui, entrant dans la mouvance des revendications et se joignant au concert des dénonciations, déferlante de plaintes et de mises en accusation, décide en 2014 d’exprimer son ressenti d’adolescente implantée par la contrainte dans le département de la Creuse : la protagoniste tente de traquer, au plus près de son expérience, les sensations, les émotions et les bouleversements qui l’animent. Elle est le pivot narratif nécessaire pour que ce ne soit pas un document d’analyse historique mais le cahier d’un retour sur soi, une écriture du cri. » Continuer de lire La Creuse : Paysages et Paysans (à propos de Un soleil en exil, de Jean-François Samlong).

Article mis en avant

« HEUREUX QUI COMME ULYSSE » ou le retour de Raharimanana

« Si la question du revenir hante tout écrivain en exil, cela semble plus apparent encore dans le cas de la littérature malgache. Parmi les œuvres de la Grande Île récemment produites en français, un thème semble récurrent, celui du retour toujours intranquille à la terre natale. » Continuer de lire « HEUREUX QUI COMME ULYSSE » ou le retour de Raharimanana

Avec Un soleil en exil, le dernier Samlong invite en Creuse

  Le dernier roman de Jean-François Samlong, Un soleil en exil, revient sur la tragique histoire des enfants de la Creuse. Lui-même a failli en être. Il se met dans la peau d’un personnage prénommé Héva Lebihan pour donner corps, donner la parole à ces enfants blessés par l’inconscience d’un État qui les a arrachés à leur île, à leurs parents, à leur famille. Ce … Continuer de lire Avec Un soleil en exil, le dernier Samlong invite en Creuse

Article mis en avant

« Beaucoup de femmes se sont vues, ou se voient en partie, dans Binta et elle aurait tout aussi bien pu être réelle. », Abubakar Adam Ibrahim.

Abubakar Adam Ibrahim est sans doute l’une des grandes révélations de cette rentrée littéraire 2018. Originaire du Nord du Nigéria, son nom est apparu dans la première sélection du Prix Femina, finalement attribué à Philippe Lançon, pour son roman Le lambeau (Gallimard). La Saison des fleurs de flamme publié en France aux éditions de l’Observatoire a été saluée par la critique, à raison. C’est le … Continuer de lire « Beaucoup de femmes se sont vues, ou se voient en partie, dans Binta et elle aurait tout aussi bien pu être réelle. », Abubakar Adam Ibrahim.

Article mis en avant

Le Grand Prix de traduction de la Ville d’Arles 2018 à Elisabeth Monteiro Rodrigues

Les traducteurs et traductrices sont ces passeurs qui sont trop souvent laissés dans l’ombre. Cette ombre parfois imposante de l’écrivain démiurge. Mais arrive parfois que le sort fasse bien les choses et rétablisse un peu de « justice ». Un peu de lumière pour ces créateurs, et créatrices de passerelles avec la magie de la langue, des langues. Justement, Elisabeth Monteiro Rodrigues vient de remporter le Grand Prix … Continuer de lire Le Grand Prix de traduction de la Ville d’Arles 2018 à Elisabeth Monteiro Rodrigues