Article mis en avant

Syrie, parmi les vivants

J’irrupte au jour Comme une fleur du désert Le ciel est haut Le soleil est vaste dans un coin de ciel Brûlent mes pieds sans sandales Au milieu des tentes Le vent s’orage Dans un concert à ciel ouvert Et la vie s’illumine dans tes yeux qui retrouvent un enfant perdu Peuple des tentes c’est ici Le bonheur Le malheur est inconnu à cette adresse … Continuer de lire Syrie, parmi les vivants

Article mis en avant

Dernier espoir chante avec douceur les douleurs d’une île à la dérive

Comment raconter un pays qui grimace ? D’abord trouver un titre. Pour Del Zid ce sera Dernier espoir. Un album de douze titres qui fait la part belle à une langue, le kibouchy, le sakalave parlé à Mayotte. Que dit cette langue ? Entre autres que la coupe est pleine. Que le pays va à vau-l’eau, que toutes les valeurs se perdent, que la maison … Continuer de lire Dernier espoir chante avec douceur les douleurs d’une île à la dérive

Article mis en avant

Lettre à Salim

PAR Nassuf DJAILANI Il y a des anniversaires que l’on célèbre avec peine. Ce 31 mars est un moment d’hommage pour saluer ta mémoire cher Salim, parti trop tôt en 2015. Déjà. Enfant, les contes de ma grand-mère m’ont plongé dans le monde imaginaire de Nguvu Daïma. Il y avait toujours ce personnage féminin qui défiait tous les éléments et qui finissait toujours par se … Continuer de lire Lettre à Salim

Article mis en avant

« C’est la fonction de l’écrivain, de faire comprendre l’histoire coloniale en la donnant à ressentir » : Mia Couto

PAR MAGALI DUSSILLOS Un samedi de mars à Nantes, plane comme une douceur particulière, peut-être suscitée par la joie qu’on a de participer au festival Atlantide des littératures et des mots du monde et tout particulièrement d’assister à la conversation réunissant Mia Couto, Alain Mabanckou et Catherine Blondeau. Sur le site de l’organisation on présente Nantes comme « la capitale française de l’optimisme culturel et du … Continuer de lire « C’est la fonction de l’écrivain, de faire comprendre l’histoire coloniale en la donnant à ressentir » : Mia Couto

Article mis en avant

Amani Way explore les chemins du coeur et enchante, berce, réveille

PAR NASSUF DJAILANI Avec son nouvel album Amani way, Eliasse nous cueille d’abord par la douceur d’une voix. Nous sommes en pays comorien, et dans son archipel les audiences s’ouvrent souvent par le duwa, fidèle à cet héritage, l’artiste ne déroge pas à la règle. Les prières sont parfois pleines de désirs réclamés à l’Éternel. Il n’est pas un mystique, sa seule croyance est dans … Continuer de lire Amani Way explore les chemins du coeur et enchante, berce, réveille

Article mis en avant

Le Dictionnaire Enjoué des Cultures Africaines convie au dialogue d'une humanité partagée

Alain Mabanckou et Abdourahman Waberi sont des passeurs de textes qui portent haut les voix du dialogue et des fiertés assumées. Tous deux se représentent en « chasseurs de mythe » nous donnant l’impression de voir se déployer un espace qui paraît infini, d’abord dans la richesse des cultures qui l’ont fondé puis dans l’énergie que ces imaginaires, ces esthétiques, ces réalités, mettent à se déployer sur toute la planète. Continuer de lire Le Dictionnaire Enjoué des Cultures Africaines convie au dialogue d'une humanité partagée

Article mis en avant

Un roman qui abat la clôture des genres : Amour, patrie et soupe de crabes de Johary Ravaloson

Amour, patrie et soupe de crabes, le quatrième roman de Johary Ravaloson, livre un combat contre tous les « genres » qui encagent, qui empêchent les individus de se construire leur identité sexuelle ou artistique, de se bâtir leur « place » élective en société ou en littérature. Pour tisser un kabary à sa façon et « chambouler » l’ordre fouza, le narrateur, chauffeur antananarivien de taxi, peut compter sur la connivence suturale de Nivo, personnage emblématique de la Place du 13‑Mai, sarimbavy et mère, lectrice et couturière qui ne manque pas de style.
Continuer de lire Un roman qui abat la clôture des genres : Amour, patrie et soupe de crabes de Johary Ravaloson

Article mis en avant

Le dernier album de Mourchid Baco est un délice. Qui s'y frotte s'y pique

PAR NASSUF DJAILANI Désolé les enfants, est un album de la maturité, en forme d’excuses. Celle d’un artiste qui sublime la vie, mais qui se rend compte de l’insoutenable légèreté des êtres à en prendre soin. Mourchid Baco voit le jour dans le Sud profond de l’île de Mayotte, à Bandrélé le 1er janvier 1966. Son père est du village mahorophone de Bambo et sa … Continuer de lire Le dernier album de Mourchid Baco est un délice. Qui s'y frotte s'y pique