Pur Sang : course folle de Makenzy Orcel

PAR FREDERIC L’HELGOUALCH

Pur Sang’ est le dernier recueil de Makenzy Orcel, figure de proue de la littérature francophone et haïtienne. Romancier et poète, figure majeure désormais mais toujours atypique de la littérature en France, il privilégie la force émotionnelle première des mots aux explications littérales qui assèchent et enferment. Comment dès lors traiter de son livre sans en trahir l’idée ? En disant peut-être que ‘Pur Sang’ est le regard porté par le poète sur son parcours personnel, un parcours inextricablement lié au destin d’Haïti, cette île en convulsion actuellement (dans une indifférence tricolore aussi habituelle que coupable). Prenons donc une large inspiration puis lançons-nous à présent dans les foulées du pur sang.

    Céphalée galopante, à coups précipités le sang afflue aux tempes, les mots suivent la cadence, se cognent contre les parois du temps, les barrières de la langue « poignards fous   dites-vous des mots   pourtant sans bornes ni états d’âme » Limites mortelles indépassables – disaient-ils – explosent à présent « au-delà des courants et des mises en scène du temps   les arides extrémités de l’innocence   les fictions du sang impur de l’Agneau   le film de ma résurrection… » Rage et ruades, tel un étalon bridé, étalon noir sûr de sa force, animalité fauve : arracher la longe, démolir les manèges.

Emballement fureur, cafards trois pièces écrasés « à cause de vous vos nuits   dont vous êtes si ravis   pourris jusqu’à la moelle du hasard   tout à truster quitte à border le vent l’immense », île bradée, charognards domestiques, rampants polyglottes. Accélérer encore, thérianthrope briseur de masques : homme debout, rien à perdre. Plaie béante. Le sang gicle, se répand, ni bleu ni noir, poignard planté profond, invisible. Foulées louées : il se vide sous leurs yeux, sanguin solitaire, ultime course ivresse, chevauchée vierge, mais ils applaudissent, ne comprennent rien, jamais, se croient dans une arène. Baudets ! « pseudo-être autorisé par la proximité épidermique   de la mort la rêverie   les ambiances de gare   paysages de cuite   murs de cellule   inhumaines peurs   orgies de pestiférés promenant leur puanteur comme des chiots   ouap ouap avoue la puanteur remuant sa longue queue » Accélérer sans frein, enjamber les latrines, plus vite que les pensées, rejoindre, nommer les éclairs, les bribes du passé : piétiner les harnais et dépasser les horizons, ces dictées pour enfants. Du territoire perdu de l’innocence et des caresses aimantes aux appels du cor, meutes jamais rassasiées : apparitions simultanées, comme un trop-plein. Terre traîtresse, quête du sens, accélérer : jusqu’aux bordures du gouffre. S’il chute, ils crieront « hourra ! Virtuose ! Il mérite un prix ! » Le souffle fort de l’amant qui s’abandonne, bande ses muscles, montre sa puissance, sang maître « le voilà prêt à la chevaucher   à peine s’estompe la brume   il nous commande des blondes sans soutifs   avec des rondelles de lune » Les halètements compulsifs du fils, vieil enfant qui fait ses adieux, trébuche, hésite à se relever « pleurer devant son corps   dont émane une froide aura   une déchirure sa voix   sur fond de nuit   que devient le vent   vagues à l’agonie   chants essoufflés » Le même cœur battant chamade, homme-nitroglycérine, sueur et larmes se confondent. Pulsions de vie, pulsions de mort : cravaches impitoyables. Mère se retire au loin sans faire de vagues, la noyade guette pourtant « loin une bougie s’endort sur sa parodie de lueur » Coup de sang, vampires intouchables « les immondes châtiments de tous sur un   les forts dévoués au mal   les armées sanguinaires   les magnats de pur sang de l’abominable » piétinent « frères de fiasco   crève-coeur   mots désarçonnés par tant de blues » dans les quartiers condamnés « que de pages agonisant sous les fardeaux de l’ennui   avant même qu’un fétu de forme chemine jusqu’à elles   une malheureuse fête   ou quelque chose comme l’incurable pudeur des bibliothèques   que de solitudes englouties dans leur vocation de mer   — je suis la porte et celui qui entre   à vous peuples inconnus   perceptibles par les prismes de vos pus   il vient vend impose ses mirages   ses éclats de triomphe son immortalité   slame ses litanies de pluies   et leurs pulpes amères   sa thèse huilée d’humanité sculpte un soleil cuit » Martissant., La Saline : plasma festin. Ils applaudissent encore, de loin, se lèchent les babines : tant de résilience voilà qui est admirable ! Odeur de cadavres empilés, vision d’existences ferrées : nausée du rameur fantôme qui poursuit sa nuit, « au passage des vents chacals » Même plus besoin des chiens de sang mais les laisses servent toujours.

Céphalée galopante, à coups précipités le sang afflue aux tempes, drames intimes et communs. Les limons riches de souffrance et de force donnent naissance à un fleuve sacré : Hâpy veillera sur la source promesse. Lui le pur sang poésie accélère encore. Les cités du monde, les traits d’une vie, les cris d’une terre qui avale ses enfants et la présence diffuse d’un loa impur dont on ne parle pas assaillent, ressurgissent et rendent folle la plume ou au contraire la guident vers la vérité intime, ubiquité et accouchement du recueil-hommage, douloureux, souffle monstre empli de grandiose. La transe féconde défie la mort, libère la puissance cachée de la langue, tandis que les ombres cannibales grandissent et que le monde détourne le regard

« l’aube repue des relents de dévoyés   nous enveloppe comme une chape de plomb   vivre devient un acte de rébellion   les arbres des rides   les enfants trempent leur doigt dans le vieux sang   et se dessinent des barques sur le front   dédiées à la jambe gauche du dieu échu   accrochée à un poteau au bout d’une ficelle   pour empêcher le fantôme d’errer dit mère »

– ‘Pur Sang’, de Makenzy Orcel, ed. La Contre-Allée –

vos observations et commentaires nous intéressent

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s